J’ai serré la main du diable

J’ai serré la main du diable

Document : J’ai serré la main du diable

J’ai serré la main du diable

Document / Éthique et politique / Violence, Dilemme moral, Droit / Films / Emmanuel Kant, Sigmund Freud, Thomas Hobbes, Friedrich Nietzsche

Le droit international et la guerre

Cette activité propose un questionnement global sur le thème de la guerre et le problème de l’efficacité du droit international dans les cas de conflits où sont en jeu des vies humaines. Elle comporte deux volets. Le premier est l’exploration de la tension actuelle dans le domaine du droit international entre deux principes opposés, voire contradictoires, soit :

– Le principe de non-intervention au nom de la souveraineté des États.

– Le devoir d’intervention pour protéger les droits humains fondamentaux là où ils sont violés ou là où il y a risque qu’ils le soient.

Deux principes sont donc en conflit: celui du devoir d’intervenir dans le but de sauvegarder les droits fondamentaux de la personne humaine et celui de respecter le principe de non-ingérence qui découle des principes de souveraineté des États. Cet important dilemme a ainsi été formulé par Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU, dans le rapport du Millénaire qu’il a présenté à l’Assemblée générale en 2000:

«[...] si l’intervention humanitaire constitue effectivement une atteinte inadmissible à la souveraineté, comment devons-nous réagir face à des situations comme celles dont nous avons été témoins au Rwanda ou à Srebrenica et devant des violations flagrantes, massives et systématiques des droits de l’homme, qui vont à l’encontre de tous les principes sur lesquels est fondée notre condition d’êtres humains ? »

Le second volet est une réflexion sur les instincts à l’origine des manifestations de violence dans la guerre.

«D’où vient-elle, cette rage? [...] Un tribalisme exacerbé, l’absence de droits humains, l’effondrement de l’économie, les dictatures militaires brutales et corrompues, la pandémie de sida, les effets de la dette sur l’économie, la dégradation de l’environnement, la surpopulation, la pauvreté, la faim : la liste s’allonge sans fin. En bouchant l’avenir et la possibilité de sortir de la pauvreté et du désespoir, chacune de ces raisons et beaucoup d’autres encore peuvent conduire à la violence simplement pour survivre. Toutefois, le manque de foi en l’avenir est la cause première de la rage. Si nous ne pouvons apporter l’espoir aux masses innombrables du monde, l’avenir ne sera rien d’autre que la répétition du Rwanda, de la Sierra Leone, du Congo et du 11 septembre.» (Roméo Dallaire [2003], J’ai serré la main du diable: la faillite de l’humanité au Rwanda)

Pistes de corrections

Le fichier des pistes de réponse aux questions de l'activité est protégé par mot de passe. Pour obtenir ce mot de passe, les enseignants doivent au préalable le demander par courriel à soutien@ccdmd.qc.ca à partir de leur adresse institutionnelle.

Auteur(s): 

David Bertet

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2018-02-02

Mots clés: